Les malades d’en face peuvent déjà creuser leurs tombes